Histoire de l’arsenal du Mourillon – 4

Des destructions de la guerre jusqu’à aujourd’hui

Le port de Toulon a été occupé dès le 27 novembre 1942 par les allemands de la 7ème et 10ème division de Panzer et le bataillon Langemarck de la IIème SS Panzer-division Das Reich. C’est ce jour là que la flotte française se saborde. Seuls 4 sous-marins de la base du Mourillon parviennent à s’échapper, il s’agit du Casabianca, de l’Iris, du Marsouin et du Glorieux.

Les sous-marins allemands au Mourillon

Le 20 janvier 1943, la Kriegsmarine prend la décision d’utiliser le port de Toulon comme base de sous-marins. Comme le port ne dispose pas de bunker, des travaux sont entrepris afin d’accueillir 5 unités et 450 hommes. La situation en Italie évoluant de manière incertaine pour les allemands, la 29ème flotille de U-Boot basée à La Spezia en Italie est transférée au Mourillon en août 1943, mais c’est le 9 mars 1943 que l’U-Boot U-602 fait son entrée dans la rade pour des opération de maintenance après sa troisième patrouille en mer. Il sera suivi par l’U-458, puis à la fin du mois de mars par les unités U-602, U-458, U-561 et U-431. Tous les sous-marins sont amarrés à la base du Mourillon. Les grosses opérations de maintenance s’effectuent dans les cales sèches Vauban de l’arsenal de Toulon.

Jahn Gunter commandant de la 29ème flotille de sous-marins  (source uboat.net)

Jahn Gunter commandant de la 29ème flotille de sous-marins (source uboat.net)

La flottille est commandée par le capitaine de corvette (Korvettenkapitän) Jahn Gunter. Le dernier sous-marin à arriver à Toulon sera le U-471. Durant son existence, la 29ème flottille sera constituée de 52 sous-marins.
U-Boot U-602

U-Boot U-602

La flottille sera dissoute en septembre 1944 suite à la perte de l’U-407 et le sabordage des 2 dernières unités U-565 et U596 à Salamine en Grèce.

L’U-602 a été la première unité à rejoindre Toulon. C’est un sous-marin de type VIIC construit par les chantiers Blohm & Voss à Hambourg.en 1941. Le sous-marin a été coulé en avril 1943 par un avion de la RAF au large d’Oran avec 48 hommes d’équipage à son bord. © R. Kohler

La base des sous-marins au Mourillon (cliquer pour agrandir)

La base des sous-marins au Mourillon (cliquer pour agrandir)


Le premier bombardement

C’est le 24 novembre 1943 qu’a lieu le premier bombardement allié sur Toulon. C’est le début d’une longue série de bombardements dont le but est d’éliminer la menace qui pèse sur les forces navales alliées avec la présence des sous-marins allemands en Méditerranée.
L’alerte est donnée à 13h10. Les toulonnais vaquent à leurs occupations. 105 bombardiers Boeing B-17 de la 5ème escadre de bombardement partis de Tunis accompagnés par 36 chasseurs P-38 Loockeed Lightning bombardent l’arsenal de Toulon et la base sous-marine du Mourillon. Pendant douze minutes, les bombardiers délivrent leur armement qui atteint ses cibles mais également les quartiers de la Rode, du Port Marchand et du Mourillon. 315 tonnes de bombes sont déversées d’une altitude d’environ 6500 mètres.
Les américains analysent les clichés aériens et en déduisent qu’un croiseur, un destroyer, un torpilleur, un navire escorteur, un sous-marin ainsi que quelques navires annexes sont coulés ainsi que 3 navires marchands. De leur côté les allemands enregistrent des dommages sur les U-boot U-380, U-73, U-450, U-371 et U-593. Les sous-marins U-410 et U642 seront désarmés. Suite à cette attaque, la défense anti-aérienne est renforcée et on installe des dispositifs de fumée artificielle.
Dans le quartier du Mourillon, des bombes tombent sur le boulevard Bazeilles, dans les rues Castel, Castillon, Muiron et sur la place d’Orvès. Suite à ce premier bombardement le bilan est lourd, plus de 400 morts seront dégagés des gravats dont plus de 200 au Mourillon notamment à la rue Castel qui a été prise en enfilade, la poste est détruite et tout le personnel tué, l’école est touchée.
Les mourillonnais commenceront à quitter le quartier après le premier bombardement qui fait plus de 1100 sinistrés sur Toulon. Un journal local rapporte qu’un clochard sauve 9 personnes rue Vincent Courdouan.
Par la suite, avec les bombardements à venir, les autorités allemandes évacueront le quartier du Mourillon de ses habitants.
Face à ce premier bombardement, les secours s’organisent. Toulon est divisé en 5 secteurs où sont déployées des équipes de secours qui s’entraident mutuellement. Un service de déblaiement est mis en place, il regroupe entre 2500 et 3000 personnes. Les pompiers au nombre de 250 disposent de 26 auto-pompes. Après chaque bombardement, la police isole les quartiers afin d’éviter tous pillages. La capacité des abris anti-aériens mis en place pour la population est de 43.000 places.

Vue aérienne du bombardement du 24 novembre 1943 (cliquer pour agrandir) © WWII US Air Force Photos

Vue aérienne du bombardement du 24 novembre 1943 (cliquer pour agrandir) © WWII US Air Force Photos

Travaux de déblaiement au Port Marchand après le bombardement du 24 novembre 1943  - Source : INA

Travaux de déblaiement au Port Marchand après le bombardement du 24 novembre 1943 – Source : INA


Des destructions irrémédiables

Les bombardements se poursuivront durant l’année 1944 et les installations du Mourillon seront prises plusieurs fois pour cible. Les destructions seront très importantes, toute la zone sera lourdement touchée et notamment l’ancien port de Commerce et les maisons du quartier du Port Marchand. La gare du Sud sera en partie détruite. Une grande partie des bâtiments historiques de la partie nord de l’arsenal seront atteints. Le quartier du Mourillon aura également beaucoup à souffrir des destructions.

Arsenal du Mourillon après la guerre - Les anciennes cales de construction sont détruites (Cliquer pour agrandir) © WWII US Air Force Photos (footnote.com) 

Arsenal du Mourillon après la guerre – Les anciennes cales de construction sont détruites (Cliquer pour agrandir) © WWII US Air Force Photos (footnote.com) 

Sous-marin allemand à la base du Mourillon à la fin de la guerre (Cliquer pour agrandir) Auteur inconnu

Sous-marin allemand à la base du Mourillon à la fin de la guerre (Cliquer pour agrandir) Auteur inconnu


Photo ci-dessus: darse des sous-marins au niveau de l’ancien chenal de l’arsenal à l’appontement n°9. En arrière plan, les pylônes de l’école de radiotélégraphie puis le pavillon des officiers mariniers coupé en deux par une bombe, à gauche le pavillon des officiers. Ci-dessous, la même vue aujourd’hui sur le quai des sous-mariniers.

Agrandir le plan
A la fin de la guerre, les destructions seront telles que la Marine cédera tous les terrains de la partie nord et ouest (piscine municipale) de l’arsenal du Mourillon à la Chambre de Commerce qui s’emploiera à la reconstruction de l’actuel quartier du Port Marchand dès le début des années 1950. L’ancien chenal d’approvisionnement en bois sera comblé ainsi que le bassin du Port Marchand avec les gravats des immeubles du port détruits durant les bombardement, pour ce faire un petit chemin de fer à voie étroite sera utilisé pour le transport.